Optimiser l'expérience des créateurs de contenus sur WebCMS

    Le succès d'un site web dépend en partie de la manière dont il est utilisé, et ce non seulement par ses visiteurs, mais également par les créateurs de contenus. Comment assurer la viabilité à long terme des systèmes de gestion de contenu ? Jetons un œil ensemble aux meilleures pratiques en matière de convivialité à apporter aux rédacteurs.

    Abonnez-vous à notre blog

    Au tout début de l’histoire des systèmes de Web Content Management, la conception de l'interface utilisateur destinée aux rédacteurs de contenus n'était pas une priorité. Elle était généralement confiée à un développeur sans que les contributeurs responsables des contenus soient consultés. La création de contenu était alors surtout considérée comme une opération technique, réalisée dans la plupart des cas par un webmaster de formation plutôt technique. Cela avait pour conséquence de proposer une interface de rédaction peu conviviale loin des attentes d’utilisateurs ayant un profil différent du webmaster comme les spécialistes du marketing.

    Au fil des ans, les systèmes de Web Content Management ont commencé à offrir des fonctions permettant de créer des interfaces utilisateurs bien plus conviviales. Ce changement était surtout dû à l'évolution du processus d'édition des contenus. En effet aujourd'hui, l'édition de contenu n'est plus une fonction destinée au seul webmaster doté d’une large palette de compétences techniques. Dans la plupart des entreprises, vous trouverez désormais des équipes (décentralisées) de rédacteurs sans bagage technique Web, spécialisés dans la création de contenus marketing, et qui utilisent quotidiennement le système de manière exhaustive. Il est donc évident que l'expérience utilisateur des rédacteurs doit être optimisée au même titre que celle des autres utilisateurs du site web.

    Nous pouvons désormais affirmer que le succès d'un projet de Web Content Management est non seulement déterminé par la qualité de l'expérience des visiteurs du site, mais également par celle des rédacteurs de contenus. Malgré tout, pendant la phase de planification d’un projet de site web, nous observons souvent que la qualité de l'expérience du rédacteur n'est pas toujours prise en compte. Cela tient surtout au fait que la plupart des gens partent du principe que les systèmes de gestion de contenu les plus connus, comme  Adobe Experience Manager (AEM) ou Drupal, fournissent de base une expérience optimale prête à l'emploi.

    Dans la réalité, ce n'est pourtant pas forcément le cas, dans la mesure où chaque entreprise, chaque équipe de rédaction et chaque site web présentent des exigences ou configurations différentes. Bien entendu, les systèmes de gestion de contenu cités au-dessus offrent une interface standard dédiée aux rédacteurs, avec des outils de rédaction leur permettant d'organiser et d'éditer les pages web, de gérer des ressources etc. Pourtant, pour gérer les contenus effectivement affichés sur les pages web, la plupart des équipes web ont besoin de réaliser des développements spécifiques.

    Les plateformes de Web Content Management permettent aux développeurs de construire des interfaces personnalisées en offrant une série de modules (techniques) présentant différents niveaux de flexibilité. La manière d'assembler ces modules n'est cependant pas prédéfinie et, s'ils semblent parfois évidents, les choix à faire au moment de la création de l'interface de rédaction ne sont généralement pas simples. Un composant fonctionnel, comme une vidéo, est-il prédéfini sur la page ou non ? À quel endroit allez-vous gérer les propriétés du composant ? Sur quelle(s) partie(s) de la page pouvez-vous l'insérer ?

    C'est pour cette raison qu’une définition de l'expérience utilisateur est nécessaire pour certains aspects spécifiques de l'interface de rédaction, à l’instar de ce qui est fait pour l’interface de consultation. Si cette étape est omise, l'expérience vécue par les rédacteurs sera médiocre, ce qui aura immanquablement un impact négatif sur la manière dont sont traitées les contenus attendus par les visiteurs et donc sur le succès du site web en général.

    Chez AMPLEXOR, nous pensons que l'expérience des rédacteurs est un aspect essentiel dont il convient de tenir compte pendant la phase d'analyse. Au moment de définir les spécifications fonctionnelles de chaque composant du site web, par ex. une bannière avec des contenus, nous veillons toujours à l'étudier selon deux angles de vue : celui du visiteur et celui du rédacteur. Avec la perspective du visiteur, nous décrivons en détail la manière dont le composant sera présenté, son comportement et les interactions possibles en consultation Pour prendre en compte le point de vue du rédacteur, nous considérons les spécifications de l'interface de rédaction très tôt dans le projet. Ellessont discutées en détail avec les parties prenantes afin de s'assurer que l'équipe rédactionnelle peut communiquer ses expériences et ses commentaires. Le cas échéant, des wireframes sont créés pour illustrer clairement le comportement de l'interface de rédaction, exactement comme nous le faisons pour les pages web. Les sujets typiquement abordés pendant ces discussions sont les suivants :

    • Quelles sont les propriétés nécessaires du composant fonctionnel ? Qu'est-ce qui est édité par le rédacteur et qu'est-ce qui est pris en charge directement par le système ?
    • Où et comment le créateur de contenus gère-t-il les propriétés du composant ?
    • Quel nom donner à un composant du système afin de rendre parfaitement claire sa destination d'usage ?
    • Quels sont les types de composants pour lesquels nous devrions insérer des échantillons de contenus afin de faciliter le travail des rédacteurs ?
    • Les contenus sont-ils suffisamment structurés pour permettre aux équipes web de réutiliser facilement les différents granules de contenu ?
    • Les pages du site web suivent-elles une structure stricte ou laissent-elles une certaine marge de manœuvre aux rédacteurs ? Combien de types de pages sont nécessaires ? Généralement, moins le nombre d'options est élevé, et plus les contenus sont cohérents, ce qui diminue les risques de confusion.

    Conclusion

    Les équipes de projet web sont tellement concentrées sur l'objectif final du site web et sur l'expérience digitale des visiteurs que la manière dont les rédacteurs vive la leur est souvent négligée. S’il est certain que le succès d'un site web dépend du nombre de visiteurs, il faut savoir que ce même nombre dépend du bon fonctionnement du système de gestion de contenu.

    Un système de gestion de contenu convivial, simple d'utilisation, facile à appréhender, et qui permet aux utilisateurs de travailler de manière efficace même sans formation technique vous permettra de réduire les coûts de formation de vos rédacteurs et d'actualiser plus souvent les contenus, pour une pérennité durable du système de gestion de contenu.

    Publié sur    Dernière mise à jour le 26/09/2019

    #Gestion de Contenu, #Développement Web

    À propos de l'auteur

    Joris Bekaert is Business Consultant at Amplexor, based in Belgium. Specializing in functional analysis and web development, Joris has been part of the Amplexor Digital Experience team since 2007.

    SUBSCRIBE TO OUR BLOG