Quand réalité virtuelle et réalité augmentée prennent corps – SparX Labs

    SparX : Le potentiel des réalités augmentée et virtuelle pour l'avenir des entreprises ! Comment réalité augmentée et réalité virtuelle peuvent profiter à différents secteurs d'activité ?

    Abonnez-vous à notre blog

    L'idée d'optimiser le marketing produit et l'image d'une marque à l'aide d'outils de réalité augmentée (RA) et réalité virtuelle (RV) fait désormais fureur dans les entreprises. C'était aussi le thème de mon intervention en tant que chef d'équipe, pour le lancement du projet « VR/AR SparX Labs », à Munich le 24 juillet dernier. À partir de nombreux exemples, les échanges ont montré comment la présentation d'un produit peut être rendue attractive lorsqu'on y ajoute de l'information, en ne négligeant pas l'aspect ludique.

    Accompagnés de collègues également pilotes pour les laboratoires VRdirect et New Web Order, nous nous sommes penchés sur les problématiques de trois sociétés allemandes de renom : Deutsche Bank, Scalable Capital et AeroGround Munich Airport.

    Défi n° 1 : rendre positive l'appréciation d'une banque grâce à la RV

    Challenger : Deutsche Bank, banque allemande multinationale spécialisée dans l'investissement et les services financiers

    Le contexte : 

    Le marché bancaire mondial se développe rapidement et, dans le même temps, les agences locales perdent une partie de leur activité, au profit de nouveaux outils financiers. Pour certains services, les clients ne se déplacent plus autant en agence. Ils préfèrent utiliser les outils en ligne. Deutsche Bank voudrait pouvoir tirer parti de technologies numériques utiles pour ses clients.

    Une solution possible

    Contrairement aux dépliants papier et aux écrans habituels dans les agences, un conseiller bancaire virtuel peut accompagner le client dans sa visite d'un environnement coloré en trois dimensions où les produits bancaires prennent sens. Non seulement cela permet d'éviter un déplacement physique dans une agence, mais cela contribue aussi à mettre en avant des services différents des produits classiques, avec une relation client de meilleure qualité.

    Ceci étant, le banquier virtuel n'est pas forcément la panacée : comment faire pour qu'il soit considéré comme compétent et accepté comme un conseiller en chair et en os par tous les clients ?

    Les résultats de cette étude de cas seront très intéressants à étudier et à prendre en compte pour des services autres que bancaires, là où on imagine que les conseillers virtuels seront l'étape obligée vers l'amélioration de « l'expérience client ».

     Marc Haarmeier presenting at SparX event

    Défi n° 2 : faciliter la compréhension services complexes reposant sur des algorithmes

    Challenger : Scalable Capital, entreprise de gestion d'actifs qui utilise son propre logiciel, pour des services d'investissement optimisés en temps réel, en fonction de la gestion des risques.

    Le contexte :

    La gestion d'actifs, telle qu'elle se pratique aujourd'hui, avec des éléments d'intelligence artificielle et d'algorithmes pour optimiser les produits d'investissement, n'est pas vraiment des plus simple à expliquer. On peut par exemple se demander quels sont les interactions des différents facteurs risques pour un fonds d'investissement. Lequel de ces facteurs aura le plus d'effet sur le résultat final ?  Comment trouver le meilleur équilibre entre profit et sécurité de l'investissement ? La question se corse encore, lorsque les clients se fondent sur des idées fausses, relayées par les médias.

    Une solution possible

    Et si nous pouvions transformer ces algorithmes en environnements interactifs de RA/RV, pour aider les clients à comprendre les concepts et surtout à se souvenir des produits ? Les clients qui arrivent à cerner le fonctionnement de ces produits vont prendre de l'assurance et pourront comparer les possibilités qui leur sont offertes. À partir de là, il leur sera plus facile de décider comment étoffer au mieux leur portefeuille d'investissements.

     

    Défi n° 3 : recruter et former du personnel presque n'importe où

    Challenger : la société AeroGround Munich Airport, responsable des services au sol et aériens de l'aéroport de Munich (avions, bagages et gestion de passagers)

    Le contexte :

    Les aéroports, en particulier les hubs, comme Munich ou Francfort, doivent aujourd'hui faire face à des difficultés majeures. Pour prendre en charge les avions, les délais sont très courts, une excellente qualité de service est exigée et il faut faire appel à compétences techniques pointues. Dans ce contexte, la moindre erreur peut causer des dommages considérables. Recruter, former et retenir un personnel compétent devient essentiel, alors qu'il existe une pénurie de main-d'œuvre qualifiée pour ces prestataires de services en Europe de l'Ouest.

    Les solutions possibles

    Dans ce cas particulier, il s'agit de mettre à disposition les outils les plus récents pour faire évoluer l'image de l'employeur. Pendant leur recrutement, les candidats peuvent être téléportés dans la version virtuelle de leur futur environnement de travail, simuler des situations réelles avec le recruteur et être évalués sur la manière dont ils exécuteraient les tâches courantes. Cela permettra de trouver, rapidement et à moindre coût, les bonnes personnes pour chaque poste.

    En prévoyant des supports de cours facilement disponibles dans la langue maternelle des collaborateurs, en ajoutant des modélisations virtuelles en taille réelle, à l'image de l'environnement de travail réel, recruter du personnel et le former en continu devient également plus rentable.

    Cette évolution va non seulement réduire les coûts de formation (appel à des experts et déplacements) mais, parce que les formations seront immersives, les nouvelles recrues apprendront plus vite et seront rapidement opérationnelles. AeroGround pourra de plus mettre en place un système de gestion des licences, ce qui permettra de standardiser les processus de RH à l'échelle internationale.

     

    Quelle est la prochaine étape ?

    La devise de la réunion munichoise, « Let's Bring To Life What's Next! » (Faisons de l'avenir une réalité), s'est effectivement concrétisée dès notre première rencontre et nous sommes impatients de voir ces évolutions lors des prochaines sessions. Pour un résumé plus complet de cette manifestation, allez lire l'article (en allemand) sur le VR Business Club.

    Après cette présentation des problématiques de nos challengers, trois ateliers seront organisés, le 19 septembre, ainsi que les 1er et 14 octobre. Ces ateliers fonctionneront comme un laboratoire, où des experts en RA et en RV travailleront en étroite collaboration avec les trois entreprises impliquées, pour mettre en commun les idées et concevoir, pour chaque cas, la solution de RA/RV la plus efficace.

    Les présentations finales sont prévues pour le 24 octobre, à l'occasion du salon Munich Media Days. Chefs d'équipe et clients feront part au public des résultats de ces trois ateliers.

    Si vous souhaitez pour participer aux ateliers de SparX Labs, vous êtes les bienvenus. Pour y prendre part, laissez-nous un message dans les commentaires ci-dessous.

    Publié sur 16/08/19    Dernière mise à jour le 18/09/19

    #Réalité Augmentée

    A propos de l'auteur

    Marc Haarmeier has been responsible for the introduction of digital solutions for over 20 years. During his studies as an industrial engineer, he supervised international transformation projects for a consulting firm. In 1997 he became a member of the firm’s management as a division manager. In 2003, he and other partners founded a group of companies with subsidiaries in Germany, Austria and Switzerland which focused on digital solutions for business-critical processes. Since 2011, he has been working at AMPLEXOR, responsible for digital processes in the DACH/CEE area. He is a driving force behind digital transformation with a focus on the comprehensive Digital Experience Management portfolio.

    ABONNEZ-VOUS À NOTRE BLOG

    Participez à cette discussion